Robert est un arnaqueur qui vit une double vie. D’un côté, il est marié à Cat et entre dans le business pétrolier de son beau-père, de l’autre, il vit avec Lindsey, vendant des parts dans un projet qui n’existe pas. Quand l’opportunité de vivre une vie légitime se présente à lui, il doit convaincre son père de le laisser faire.

Nouveauté de la FOX, Lone Star nous emmène au Texas, auprès d’un arnaqueur. Ce dernier mène deux vies et a un gros problème, car il est amoureux de ses deux femmes, ce qui le pousse à vouloir trouver le moyen de rendre tout le monde heureux.

Il y a quelque chose de difficile à saisir au premier abord avec Robert. Comprendre pourquoi il est si bon vendeur est aisé, entre son sourire confiant et ses paroles pleines de confidences et de promesses. Comprendre pourquoi il tombe dans le plus gros piège possible alors qu’il semble être juste un génie de l’arnaque, c’est plus compliqué.

Et c’est là-dessus que la série va devoir travailler. Pour bien commencer, on va tout de même nous introduire à ce qui le pousse dans la direction sensible sur laquelle il s’engage : son père. Robert a été élevé pour être un arnaqueur et son père est fier de lui. Cela ne va pas durer, car il semble que sur la route, le fils a développé des carences affectives assez importantes qui vont poser les bases de la série.

Donc, soit Robert à trop d’amour à revendre, soit il est en pleine crise existentielle et devient imprudent.

Quoi qu’il en soit, nous, on débute par la découverte des deux vies, l’une en banlieue, au milieu de gens bien sympathiques qui font des barbecues de quartier, l’autre, au cœur du monde impitoyable du pétrole texan. Deux opposés qui sont dès lors facilement dissociables et dans lesquels Robert arrive à se fondre, tout en restant un étranger.

Ce pilote fait un travail d’introduction assez complet, posant bien les deux décors majeurs et les dangers présents dans chacun d’eux, tout en mettant un point d’honneur à bien montrer quel genre d’homme est Robert.

Comme point de départ, c’est efficace et, il faut bien le reconnaitre, pour une série de la FOX, c’est même plutôt complexe, en particulier au niveau du travail sur la psychologie du héros. De plus, la réalisation de Marc Webb est impeccable à plus d’un niveau. Idem pour le casting.

Cela dit, à plusieurs moments durant le visionnage de ce pilote, il est difficile de ne pas se demander si les gens derrière la série savent où ils veulent aller, car il y a beaucoup d’ambitions et cela s’accompagne d’autant de pièges, dont certains ne semblent pas évident à éviter.

Lone Star a donc un pilote de qualité qui possède de quoi enthousiasmer autant qu’intriguer. Reste à voir s’il y a vraiment matière à tenir sur la longueur – ce que ce premier épisode ne laisse pas apparaitre de manière claire.