Audrey et Nathan enquêtent sur une épidémie qui touche l’agriculture de la ville. Cela les conduit à deux frères à la relation compliquée.

Après un troisième épisode loin d’être convaincant, Haven a clairement de grandes difficultés à trouver ses marques. Consumed s’inscrit donc dans la lignée des précédentes histoires, jouant la carte de l’émotion à l’origine du phénomène paranormal, à laquelle on ne donne même pas de réelles solutions (j’imagine, ce sera encore une fois des pilules).

Quoi qu’il en soit, Audrey tente de trouver sa place à Haven, et nous avec elle. Pour le coup, petit tour au marché qui vire mal : toute l’alimentaire se décompose pour atteindre un seuil périmé qu’il est préférable de ne pas dater. Le phénomène se produit rapidement, indicateur que ce n’est pas naturel.

L’agent Parker et Nathan mènent donc leur enquête, interrogeant les agriculteurs du coin et finissant par s’orienter vers un restaurant tenu par un duo de frères à la relation fort compliquée. Les deux sont d’ailleurs des amis de Duke, ce qui permet de l’intégrer avec plus de logique dans l’histoire, bien qu’il ne semble pas totalement être à sa place. À l’évidence, le personnage a autant de mal que nous à trouver ses marques dans l’univers d’Haven.

Il faut dire que les scénarios n’aident pas. Si Consumed en a un légèrement mieux construits que le précédent, les rouages qu’ils utilisent étant trop similaires à ce que la série a déjà offert, on dépasse le seuil du prévisible pour obtenir celui du répétitif. Le show n’arrive pas à trouver sa direction, tâtonnant et s’essayant même à quelques petites choses cette semaine, sans véritablement réussir à en sortir quoi que ce soit – qu’il s’agit d’une petite note d’humour plus prononcé ou des « troubles » de retour et qui ont clairement marqué l’histoire passée de la ville.

L’enquête se déroule de façon ordinaire, et surtout, peine à captiver. La dynamique est la même que précédemment, ce qui fait que l’histoire ne peut réellement s’affirmer. Elle a au moins le mérite d’être convenablement construite.

Enfin, si le duo Parker/Nathan réussit à susciter de la sympathie (avec une préférence personnelle pour Nathan), ce dernier ne peut tout faire tout seul, et la série a clairement besoin de se trouver une direction claire et des idées plus fortes pour motiver au visionnage.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire