Un nouveau héros nommé Booster Gold débarque à Metropolis avec la ferme intention de rafler le titre du Blur. Lors de sa première intervention, il sauve un jeune homme qui se retrouve contaminé par une arme qui le transforme en monstre. Lois et Clark tentent de faire oublier Clark Kent afin de mieux faire ressortir le Blur. Un nouveau poste est à pourvoir au Daily Planet…

Ce n’est pas vraiment l’impression que donne le résumé ci-dessus, mais il ne se passe pas grand-chose dans cet épisode. Pire, avec son manque de réguliers (point de Tess ou d’Oliver), la production affiche clairement son besoin d’économiser pour ce qui reste d’épisodes et en particulier pour le final. Du coup, le cheap est au rendez-vous qu’il s’agisse du héros de pacotille Booster Gold à l’ambition phénoménale, du méchant en armure qui fait gentiment sourire ou de quelques effets spéciaux bien pourris. Même Metropolis, la mégalopole avec ses grands buildings se fait aussi petite que Smallville étant donné les coïncidences frappantes qui s’y déroulent.

Ainsi, Lois et Clark dissertent très longuement sur les deux identités du héros et la façon de les gérer dans la même rue où Booster Gold sauve un jeune garçon d’une voiture renfermant un scarabée très dangereux qui se faufile du coup dans le sac du rescapé. Comme une coïncidence n’arrive jamais seule par ici, Lois est aussi dans le coin pour poursuivre ses cours de coaching sur l’adolescent, risée de ses camarades.

Par ailleurs, le scénario de Booster multiplie les parallèles pas franchement finauds : la (re)définition d’une identité (Booster et Clark/Blur), la défense du super héros par l’intrépide journaliste (Cat et Lois), le courage de faire face aux autres ou de se faire oublier (Jaime et Clark). Tout cela avec un fil conducteur gros comme la boule du Daily Planet, qui est de créer la figure emblématique que sera Superman. Le plus drôle dans l’histoire, c’est que c’est le lourdaud de service – à savoir Booster – qui souffle l’idée à Clark !

On l’aura compris dès la première scène, la tâche de Lois cette semaine va être, dans l’ordre, de transformer son beau petit ami rassurant en un moche à lunettes des plus maladroits pour que personne ne pense à Clark en tant que Blur, puis d’obtenir une promotion, laissant son fiancé aux mains de Cat ! Pour se faire, Miss Lane discute beaucoup, tout le temps, avec tout le monde, ce qui ne lui ressemble pas. Cette fille nous l’a assez souvent prouvé : elle agit avant tout. Cette inactivité ressurgit sur l’épisode, déjà pas très violent en lui insufflant une lenteur barbante, résultat aussi d’une réalisation plan-plan signée Tom Welling.

Outre le fait qu’entre Lois et Clark, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent, il est assez inquiétant de remarquer que les scénaristes traînent quand même gentiment les pieds comme si on ne voyait pas où ils voulaient en venir. Car gommer les aspects de la personnalité de Clark et le faire « régresser » 10 ans en arrière – à l’époque où il faisait tomber les livres de Lana dans les couloirs du lycée – auraient du être mis en place bien avant et se faire progressivement dans la saison. Qui plus est, il y a peut-être plus urgent à traiter comme le problème Darkseid et le mariage des héros. Il apparaît clair que tout sera réglé dans le final et que jusque-là, les épisodes ne sont que de transition. Ce n’est guère rassurant.

Booster est donc un peu à l’image du héros qui est présenté : clinquant, ringard et peu convaincant. E -3, Ladies and Gentlemen !

avatarUn article de .
4 commentaires