Clark Luthor revient de son univers parallèle et y expédie le bon Clark. Il veut obtenir de Tess l’emplacement de Lionelnate pour le tuer. Alors que Lois et Emil tentent de rapatrier Clark, celui-ci fait la rencontre de la version alternative de Jonathan Kent.

Smallville est enfin de retour, et ce, sans interruption jusqu’à son final très attendu de deux heures qui mettra un terme à la série. Il convient donc de ne pas se louper et pour cette nouvelle incursion, les scénaristes repartent du côté de la réalité alternative présentée dans le très bel épisode 10 de cette saison. À l’époque, notre Clark basculait dans un monde très différent du sien dans lequel son autre lui-même était devenu maléfique après avoir été trouvé et élevé par Lionel Luthor. L’épisode s’appelait donc Luthor.

Pendant inverse du miroir cette semaine avec Kent puisque c’est Clark Luthor qui débarque dans la vie de nos héros, bien décidé à retrouver Lionelnate, à le tuer et couler des jours tranquilles avec sa sœurette Tess dans cette réalité où il ne s’est pas mis la populace à dos. Car de l’autre côté, notre Clark ne rigole pas trop. Il avait laissé Lois, fiancée à Oliver, il la retrouve veuve à cause d’UltraMan ! Et pas franchement accueillante forcément !

Si Clark n’est pas très occupé à trouver un moyen de revenir dans son monde, c’est parce qu’une surprise de taille l’attend : son père Jonathan Kent. À mille lieues de l’homme que l’on a connu, le Jonathan de cette réalité a tout perdu, sa terre, sa maison qui n’est plus qu’une ruine et surtout la femme de sa vie, Martha. Le scénario ne fait pas dans le détail, mais on devine bien que ce sont les obsessions du bonhomme qui les ont séparés et non un quelconque décès comme dans la vraie réalité. Finalement, tout l’intérêt de la présence de Clark est de remettre son « père » dans le droit chemin et ce n’est pas fait dans la finesse. On retiendra cependant une interprétation nettement plus intéressante de la part de John Schneider dans la lignée de ce qu’il a pu faire dans Nip/Tuck ou Desperate Housewives cette saison.

Dans « notre » réalité, Clarknate est bien vite mis à jour par Lois et Tess. Et si les scènes l’opposant notamment à Tess sont particulièrement savoureuses et pleines de cette ambiguïté captivante aperçue dans Luthor, ce que nous attendons surtout c’est le retour de notre Clark et la baffasse qu’il se doit de mettre à l’inopportun. Sauf que là, non plus, à part quelques cascades bien laides où les doubleurs sont très visibles, il n’y a pas d’étincelle. Plutôt que de régler son cas une bonne fois pour toute à Clark Luthor, Clark Kent opte pour le discours sur la rédemption et le transporte on ne sait trop comment au sein de sa propre forteresse de solitude pour rencontrer Jor-El. La morale est donc sauve.

L’air de rien, quelques pistes sont lancées par-ci par-là telles que l’existence de cette kryptonite couleur or qui aurait la particularité d’annihiler les pouvoirs de Clark, la petite jalousie d’Emil à l’égard du dîner romantique de Tess et de Clarknate qui pourrait indiquer qu’ils forment désormais une sorte de couple,  et enfin le destin de la ferme des Kent que Martha cède à Lois et Clark comme cadeau de mariage et qui permet de montrer le côté adulte du couple à coup de réflexions sur leur futur.

Bien en deçà de la réussite de Luthor, Kent est un épisode qui laisse un goût d’inachevé et de recyclé et qui ne nous éclaire pas le moins du monde sur le chemin que va prendre la série pour ses tous derniers épisodes.

avatarUn article de .
1 commentaire