The L Word – Last Word (6.08)

Alors que Jenny prépare une vidéo souvenir à l’intention de la fête de départ de Bette et Tina, Shane découvre qu’elle lui a caché des choses, Alice donne le choix à Tasha entre elle et Jamie et Helena comprend que Dylan était au courant du test. Et bientôt la soirée fatale arrive.

D’avance, pardon pour le ton très familier que je risque d’employer dans cette review. Mais comme chaque sériephile le sait, la fin d’une série est une affaire personnelle pour qui l’a aimée un peu, beaucoup, passionnément, à la folie.

Ainsi donc, Jenny Schecter est morte. Vive Jenny. Celle-là même qui nous a permis, il y a six saisons, de pénétrer dans ce petit monde très fermé des lesbiennes chics et choc made in LA.

A bien des égards, je ne comprends pas la levée de boucliers que suscite cet épisode parmi la communauté des fans. Car rares sont les épisodes de The LWord a avoir bénéficié d’un tel traitement, une bonne structure, un certain sens du suspens, donnant le choix d’interprétation au téléspectateur.

Alors oui, bien sûr, Ilene Chaiken, scénariste et réalisatrice de ce final, ne répond pas à la question que tout le monde se pose et sur laquelle Showtime a basé toute sa promo : qui a tué Jenny ? En lieu et place d’une réponse, elle multiplie les pistes.

Selon le déroulement de la soirée, presque l’ensemble des filles peut être coupable de sa mort : Bette et Kit pour protéger Tina et Angie, Helena, Tina, Shane, Alice par vengeance. Elle peut tout aussi bien être tombée à cause de la fameuse barrière non fixée par l’entrepreneur.

Mais vous savez quoi ? On s’en contrefiche (surtout que l’on risque de savoir ce qui s’est passé dans le spin-off The Farm qui est centré sur Alice dans une prison !) ! Personnellement, voilà 8 épisodes que j’attends la mort de Jenny parce qu’elle m’insupporte. Alors, elles peuvent bien s’y être mises à 2 ou 6, le résultat est le même : Jenny est morte. Et toute clamsée qu’elle soit, c’est elle la vedette, celle qui se paye le luxe d’avoir la dernière réplique de la série.

Et Ilene a eu bien raison de se concentrer sur autre chose que la résolution du mystère. À la place, elle offre à chacun de ses personnages de véritables scènes belles et intimes. Qu’il s’agisse de la très belle scène d’amour de Bette et Tina, de la rupture tonitruante de Dylan et Helena, de la brusque découverte par Shane des trésors que contiennent le grenier de Jenny, du nouveau couple que Kit forme avec son Sunset Boulevard très hétéro (adorable Angie qui lui assène un : « Bye Dad ! »), du choix déchirant qu’Alice laisse faire à Tasha, le tout entrecoupé de scènes d’interrogatoires post mort de Jenny où chacune parle à la fois de son rapport à la défunte et de sa place dans le groupe.

Enfin, il y a la convocation des guests, toutes ces figures qui ont contribué à The L Word au fil des années. Quelle brillante idée que de faire revenir Tim, Marina, Carmen, Ivan et les autres par le biais de la fameuse vidéo souvenir !

Cet épisode fait l’impasse sur le générique de début pour mieux entrer dans le vif du sujet, mais aussi pour se terminer en beauté par des plans au ralenti des personnages se rendant au poste de police pour témoigner. Puis peu à peu, la gravité qui les assaille les quitte. Nous n’avons plus à l’écran Shane, Alice, Helena ou Bette.

Non, nous avons Jennifer, Laurel, Pam, Daniela, Rachel, Leisha, Rose, Mia, Katherine qui, tout sourire, viennent saluer leur public sur un thème musical remanié.

En deux mots : la classe.

avatarUn article de .
18 commentaires