The Walking Dead : arrêt à la ferme (saison 2)

Après avoir quitté Atlanta, le groupe se dirige vers Fort Benning, mais ils vont rapidement être bloqués par des zombies et la disparition de Sophia. Ne sachant où se trouve la fille de Carol, les survivants trouvent refuge près d’une ferme habitée.

La seconde saison de The Walking Dead restera celle marquée par le départ en coulisse de son créateur et showrunner, Frank Darabont. Ce changement n’aura pas une incidence majeure sur le développement créatif de la série, vu que tout ou presque avait dû être planifié avant qu’il ne prenne la porte de sortie. L’impact se fera sûrement plus ressentir sur la prochaine saison du show, du moins c’est ce que la fin de celle-ci peut laisser supposer.

En attendant, Rick Grimes et le reste du groupe quittent rapidement la route pour trouver refuge à la ferme de la famille Greene, qui deviendra alors le lieu pivot de la saison – avec l’intégration du patriarche Hershel et de ses filles, Maggie et Beth ; il y en a d’autres avec eux, mais leur absence de développement et/ou le fait qu’ils trouvent la mort ne méritent pas qu’on s’y arrête.

Quoi qu’il en soit, un clash inévitable a lieu entre le propriétaire et les nouveaux arrivants, chacun tentant de se protéger et servir ses intérêts. En étant assez éloignée de la route, la ferme tient aussi le groupe trop loin des zombies et ils n’ont plus que leurs propres angoisses à contempler.

Sur ce plan-là, la série ne va pas lésiner. L’introspection sera omniprésente, chaque problématique étant retournée dans tous les sens possibles et inimaginables au point d’être ressassée. Qu’être humain signifie-t-il dans un monde post-apocalyptique ? Étrangement, loin du danger, la plupart des membres se perdent en cours de route, Dale restant la boussole morale du groupe qui aura bien des difficultés à faire garder les pieds sur terre à ceux qui l’entourent. Il faut dire que Shane, toujours parmi eux, s’attèle à contaminer approximativement tout ce qu’il touche, à commencer par Andrea, à la recherche de sensation forte pour se donner une raison de vivre.

D’une certaine manière, la disparition de Sophia en début de saison sert justement de métaphore à leur perte progressive d’humanité, de déconnexion avec le monde dans lequel ils évoluent. L’équipe créative aura la judicieuse idée de gérer cette situation avec une maturité rare en ce qui concerne sa mère Carol, qui fait souvent preuve d’une force de caractère qui manque à d’autres – et qui est pourtant clairement très sous-estimée dans le groupe. Il faut aussi dire que la plupart sont arrivés au point où ils ont l’air de penser que l’utilisation du flingue est ce qui assure leur survie, en oubliant pourquoi ils l’utilisent et contre qui.

Cette volonté de suranalyser le comportement humain entraine en tout cas la série à posséder un rythme particulièrement pesant et étouffant. Les zombies sont rares et la menace est à leurs côtés, mais la lente réflexion ou acceptation de ce fait par les protagonistes est douloureuse. L’angoisse et les sursauts sont quasi absents, ce qui est plus que gênant pour une série dite d’horreur. Ce n’est pas quelques passages gore et l’instabilité de Shane qui peuvent compenser pour tout le reste.

C’est justement là que l’on revient au départ de Darabont, qui commence à se faire ressentir dans la seconde partie de saison. Après avoir résolu la disparition de Sophia, le groupe s’effrite au moins de façon plus concrète et certaines morts viendront sans conteste débloquer une situation qui paraissait sans issue. Pas que le show prenne un virage radical, au contraire, l’évolution de l’histoire suit un cours normal et inévitable, mais avec des sursauts de vie et un peu plus d’action.

Cette seconde saison de The Walking Dead aura alors sombré dans une contemplation de l’âme humaine intensive qui a ravagé toute forme de divertissement et installé solidement l’ennui. Avec une seconde partie de saison qui a commencé à redresser la barre pour mieux mélanger l’analyse à l’action, la série semble, au final, presque sortie de sa torpeur. On peut espérer que l’équipe, maintenant dirigée par Glen Mazzara, continuera dans cette direction, et aura surtout ce qu’il faut dans les tripes pour donner corps à ce qui manque à The Walking Dead : des scènes d’horreur.

Aller plus loin …

– Lire les critiques par épisode
– Lire le bilan de la saison 1
– Se procurer la série en DVD/Blu-ray
– Se procurer des tomes du comic book

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link