Bilan de la saison US 2011/2012 par Fabien

Comme tous les ans, les membres de la rédaction de Critictoo font le point sur leur saison sériephilique américaine. Vous pourrez donc retrouver chaque jour de la semaine un nouveau bilan. Bonne lecture.

Meilleure nouveauté de la saison : Person of Interest. De l’action, du fun, des personnages pleins de potentiel, une mythologie à plusieurs niveaux et une maitrise impeccable du début à la fin. Je n’ai pas été déçu et elle a délivré bien plus que ce que j’en attendais. Elle est en route pour devenir un véritable hit et j’espère qu’elle va y parvenir, car c’est une série aussi intelligente que divertissante, du genre à rappeler que les grands networks peuvent encore faire du bon tout en conservant leurs formules.

Meilleur drama : Boardwalk Empire. Après une saison 1 mal équilibrée, il semble clair que Terrence Winter a mis le doigt sur ce qui ne fonctionnait pas dans son show, a fait des corrections, et a livré une seconde saison d’un haut niveau. J’y ai trouvé le suspense et surtout l’émotion qui manquait auparavant, mais je suppose que c’est surtout parce que maintenant tout a été fait pour que je sois concerné par ce qui arrivait à Nucky, Jimmy et les autres.

Meilleure comédie/sitcom : 30 Rock. Si Archer a délivré une bonne saison, elle était tout de même un peu faible par moment, tandis que 30 Rock a juste continué dans sa lancée, ne trébuchant que rarement – l’épisode live fait un peu tâche au milieu du reste. Liz et Jack sont infatigables, dommage que ça ne soit pas le cas de leurs spectateurs.

Meilleur personnage (au masculin) : Ron Swanson (Parks & Recreation), tout simplement, encore et toujours lui.

Meilleur personnage (au féminin) : Esther Randolph (Boardwalk Empire), parce qu’elle mérite sa propre série.

Meilleur duo/équipe : Reese/Finch (Person of Interest). Sans tomber dans les travers de la bromance, ce duo parvient à être parfaitement complémentaire et se montre des plus joueurs, tout en entretenant la parfaite combinaison entre badass et intellect.

Le personnage sous-exploité : Daryl (The Walking Dead). Sérieusement, avec deux lignes de dialogues il peut sauver un épisode du naufrage, si on daignait lui donner du véritable matériel, The Walking Dead atteindrait des sommets. Je pense qu’il est juste tellement bon qu’il fait peur aux scénaristes qui craignent de ne pas être à la hauteur. Ils ont peut-être raison, virons-les et engageons des personnes qui pourront donner à Daryl ce qu’il mérite – parce qu’il le vaut bien.

Le personnage sur-exploité : Quinn (Dexter). Le fait qu’on lui donne ses propres storylines me dépasse complètement.

Meilleur acteur : Kelsey Grammer (Boss). Il est juste impressionnant et effrayant, imposant le respect d’un regard de travers.

Meilleure actrice : L’année dernière, j’avais choisi Anna Torv (Fringe), elle le mérite encore cette année, mais le changement ne fait pas de mal et donnons le titre à Maisie Williams (Game of Thrones).

Meilleur season/series finale : J’aime terminer une saison avec un sentiment d’accomplissement et/ou avec une remise en cause de la conjecture de la série. C’est tout ce que Boardwalk Empire a délivré, et même bien plus encore, avec intensité et beaucoup d’émotions, allant même offrir un dernier twist final pour préparer le terrain de la suite. Dans le genre, c’est un exemple à suivre.

Meilleur générique : J’irais vers Rescue Me pour cette réponse, mais je vous renvoie vers ma sélection qui a déjà été publiée ici.

Get the Flash Player to see this content.

Meilleure soundtrack : How To Make It In America, car s’il y a bien quelque chose que cette série faisait vraiment bien, c’était ça.

Une scène inoubliable : Si Mad Men n’est pas au top cette saison, à mon goût, on trouve toujours des scènes mémorables. Celle qui m’a le plus marqué est probablement la plus atypique, quand Roger fait son trip au LSD. Plus précisément, le coup de la musique qui est synchro avec la bouteille d’alcool. Sacré Roger.

Une série qui s’est améliorée cette saison : J’ai déjà écrit dessus, mais ça mérite d’être répété, The Simpsons a vraiment remonté la barre cette saison.

Une série qui s’est détériorée cette saison : J’aime toujours Californication, mais cette saison fut réellement sans intérêt. Je ne suis pas sûr que Tom Kapinos ait encore des idées à exploiter, mais j’espère que les aventures de Hank  Moody vont retrouver de l’énergie la saison prochaine.

Une série qui devrait s’arrêter : Beaucoup se sont arrêtés récemment et elles devaient sérieusement le faire. Cela dit, il y en a toujours qui devrait véritablement trouver une conclusion. Two and a Half Men en fait clairement partie.

Une série que l’on ne reprend pas l’année prochaine : Girls. À dire vrai, je ne suis même pas allé au bout de la première saison.

Une nouveauté que je n’aurais pas dû regarder jusqu’au bout : J’arrive de plus en plus souvent à m’arrêter, c’est une question d’entrainement. Le truc est tout de même de continuer à regarder certaines nouveautés qui paraissent être sur le point de trouver le petit quelque chose qui les rendra intéressantes. Avec l’expérience, ça devient plus facile, mais j’ai mes faiblesses et je m’attarde toujours sur les séries de genre. Je n’aurais certainement pas dû regarder Terra Nova en entier, mais je n’ai pas réussi à m’en empêcher.

Une série que l’on voudrait que plus de monde regarde : Southland. Quand elle a été lancée, tout le monde semblait en parler. À présent, c’est à peine si elle parvient à faire savoir qu’elle est en cours de diffusion. Pourtant, elle mérite encore qu’on s’intéresse à elle.

Une série que l’on regrettera l’année prochaine : Rescue Me. Elle me manque déjà, ça ne va pas s’arranger l’année prochaine.

Une série que l’on compte rattraper cet été : Je pensais mettre Once Upon a Time, mais je pense avoir fini de la rattraper d’ici le début de l’été. Ce sera donc Happy Endings.

La réplique de la saison : « That’s all I got for you assholes. » — Tommy Gavin (Rescue Me)

Bilan personnel

Tous les ans, c’est la même chose. On a l’impression qu’il y a eu trop de mauvaises choses ou, du moins, pas assez de bonnes. En vérité, tout ce qu’on retiendra vraiment de cette saison 2011/12 dans quelques années, ce sont les bonnes séries qui ont été lancées. Les Terra Nova, The River, Alcatraz, Work It, I Hate My Teenage Daughter, Man Up!, Unforgettable, de celles qui étaient de gros ratages à celles qui ne méritaient pas d’exister, aucune ne sera vraiment marquante – et c’est comme ça tous les ans. Je ne me souviens plus vraiment de tout ce qui était si mauvais la saison dernière et pourquoi m’en plaindrais-je ? C’est probablement mieux ainsi.

Donc, ce que l’on doit réellement retenir de cette saison 2011/12, ce sont les bonnes séries. Parmi elles, il y a Person of Interest à laquelle j’ai attribué le titre de Meilleure Nouveauté de la Saison. J’en remets donc une couche, vous devez la regarder, car en plus elle semble là pour durer. Le choix était serré, j’ai hésité avec Boss, la série politique de Starz. Oui, de Starz. Ça peut choquer, mais il se trouve que l’on pourrait bien finir par avoir des raisons de ne pas juste dénigrer cette chaine. Je sais que Spartacus a son public, mais… passons, je ne vois même pas pourquoi j’en parle.

La plus populaire des nouveautés de la saison est incontestablement Homeland. Je ne suis que modérément enthousiaste pour celle-là à cause des abus de cliffhangers et d’indécisions. Malgré ça, elle est captivante et elle déborde de potentiel. J’espère que les scénaristes auront le courage d’aller au bout de leurs idées. Du côté des séries de genre, nous avons eu Alphas qui a su remonter sérieusement le niveau du côté de SyFy, tandis que Falling Skies est parvenue à se montrer suffisamment ambitieuse pour mériter son succès. Dans un autre style, l’été nous a également apporté Suits, une série qui reste dans le moule USA Network, mais qui parvient à faire plus en ne se contentant pas de simplement suivre le cahier des charges de la chaine.

Avec les nouveautés, on peut également noter que les fins de séries sont difficiles à oublier. De ce côté-là, celle qui m’a le plus touché est celle de Rescue Me. La série n’avait plus la rage de ses débuts, mais Peter Tolan et Denis Leary sont restés fidèles à eux-mêmes et ont joué des bonnes cordes pour mélanger émotions et accomplissements. Ce n’est clairement pas le cas de David Shore sur House dont le dernier épisode m’a laissé de marbre et risque d’être rapidement oublié. Enfin, la série qui s’est terminée juste après la conclusion de la saison passée et qui, pour cela, n’a clairement pas obtenu toute l’attention qu’elle méritait, c’est Men of a Certain Age. Sérieusement, elle est à voir et on va surement revenir dessus d’ici peu, car elle le vaut bien.

Il y a également les valeurs sûres, comme Breaking Bad qui démarra un peu trop lentement, mais qui reste cohérente – comprendre qu’elle délivre toujours ce qu’on en attend. Ce n’est pas trop le cas de The Good Wife qui a vraiment faibli en début de saison. La suite remonte le niveau, mais n’excuse pas tout. Game of Thrones a aussi eu un début moribond, avant de trouver son rythme. Boardwalk Empire est mon meilleur drama de l’année, j’ai déjà fait le tour de la question. Sinon, dans un genre totalement opposé, Burn Notice était  vraiment en forme, elle mérite un petit salut.

Pour terminer, je me rends compte que je ne parle pas de comédies, malgré le fait que c’est clairement le genre qui a le vent en poupe en ce moment. J’évoquerais donc Veep qui est celle qui me fait vraiment rire, ainsi que Bent qui était si bonne, mais trop courte et déjà annulée – ce qui ne doit surtout pas vous empêcher de la regarder. J’aurais aimé que Suburgatory garde son dynamisme jusqu’au bout, mais les scénaristes se sont rapidement endormis, s’appuyant sur des facilités et jouant trop la sécurité. Whitney n’était pas du tout aimé, mais je l’ai apprécié, bien qu’elle était véritablement irrégulière. Et puis, on avait les anciennes. J’ai entendu pas mal de critiques sur la saison de Modern Family et je les ai trouvé vraiment dures et pas toujours justifiées, personnellement, ça me fait toujours bien rire. Et puis, 30 Rock était excellente cette année, comme Parks & Recreation, même si elle a souffert de quelques storylines secondaires faiblardes. Je dois en oublier, mais j’en ai quelques unes de retard pour le moment.

En conclusion, je n’ai pas réussi à placer Luck, mais c’est une histoire courte, pleine de promesses et qui fait déjà partie de l’histoire ancienne. Globalement, je pense que dans un an on regardera cette saison en disant qu’elle n’était pas franchement mauvaise, malgré tout.

Le Bilan de la saison se poursuit demain…

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires