Battlestar Galactica – Someone to Watch Over Me ( 4.17)

Kara devient amie avec un pianiste qui lui rappelle son père. Boomer va devoir faire face à ses choix dans la guerre civile entre Cylons. Elle va également reconnecter avec le Chief.

Il ne reste plus qu’un épisode avant que l’on arrive au 3-parts Series Finale. On continue donc à faire le tour des personnages, à commencer par Kara. Depuis le retour de la série pour cette seconde moitié de saison, la pilote a été mise en retrait. Ce n’est pas vraiment une surprise, car elle est la source de beaucoup de questions qui méritent des réponses, mais celles-ci sont certainement bien ancrées dans le plan final de Ron Moore, et donc, il n’allait pas les lâcher facilement.

Bref, la voilà à trainer avec un wannabe Rachmaninov qui lui rappelle son père. Ce dernier est un personnage typique de la série, sorti de nulle part, mais semblant être chargé d’une aura toute particulière. Ensemble, ils vont replonger dans l’enfance de Starbuck pour y retrouver une musique bien particulière, celle que les Four/Five entendaient quand ils ont découvert leur vraie nature. Le fait est qu’Hera est celle qui a délivré la partition. Le tout s’imbrique pour former un mystère encore plus épais.

À côté de ça, le Chief renoue avec Boomer alors que le sort de cette dernière est presque tracé. Nous retournons, avec cette histoire, à la base de la série, pour recréer des liens qui semblaient perdus. Tyrol ne peut dès lors pas laisser partir celle qu’il a aimée vers une mort définitive et va orchestrer une fuite dont les conséquences vont être bien plus importante qu’il l’aurait imaginé.

Le tout sous la forme presque contemplative que la réalisation de la série peut occasionnellement prendre. Cela participe à amplifier l’impact émotionnel de certaines scènes, mais un rythme parfois trop lent contrebalance les effets renforçant une certaine prétention qui se dégage des abus de symbolique fait dans le scénario.

Une fois de plus, malgré la conclusion toute proche, l’épisode est avare en informations. L’ensemble n’aura servi qu’à appuyer la position d’Hera et à enclencher la mise en route d’on ne sait quoi, mais qui est certainement le début de la fin. Rien de plus sur Kara, par contre, et ça, c’est un peu frustrant.